Tout reste à venir

Publié le

5415205781_7478d1d50c.jpg

 

 

Ça ne doit pas enlever pas de goût à la révolution !Ce qui est fait est fait, pas de reculade, pas de soumission… Pas d’actions molles !

 

Lorsqu’on s’exerce au jeu loyal de la démocratie, on l’a parfois plein la gueule ! Avec toute vigilance, on doit tout accepter y compris les mauvaises surprises.

L’euphorie de « dégage » a ses revers, n’est-ce pas. Défoncer le mur de la démocratie pour briser la dictature, quelque soit le résultat est une bonne posture.

 

Cependant, certains poussent le ridicule jusqu’à regretter le déclenchement de la  « Révolution des jasmins », à vouloir revenir à l’ère des Trabelsi-Ben Ali. C’est ce qu’on appelle la position contre-révolutionnaire. On ne sait pas ce que nous réservent les lendemains ! Les ingrédients sont tels, qu’on ne peut se voiler la face, faut faire avec. On ne gagne pas à tous les coups.

 

Les groupes qui émergent au lendemain d’une révolution et qui font les premiers pas d’un long processus démocratiques sont les sacrifiés. Ce n’est pas toujours sûr qu’ils réussissent. N’est-ce pas une stratégie efficace que de prendre la relève après eux, soit d’être au deuxième rang. Tour à tour les groupes politiques se guettent et se remplacent.

 

La meilleure expérience reste à venir !

 

Nacer BOUDJOU

04/11/2011

Publié dans Politique

Commenter cet article