REGARDS DU SUD"Mémoires ciselées en des larmes picturales"

Publié le

En suivant son chemin initiatique et artistique à la quête des mémoires oubliées des premiers peuples, Emmanuelle Temimi-Blanc s'est fixée de nouvelles visions picturales. Du figuratif anatomiquement conventionnel, majes se flanque de l'abstraction géométrique émaillée d'émotions à fleur de larmes, poussées par le vécu d'un Nirvana créatif.

Ainsi par sa démarche illuminée d'un bonheur aux accointances sacrées, et auréolée d'or tels les artistes gothiques au service d'un esprit éveillé, elle s'approprie les formes graphiques émiettées ou oubliées. En somme, elle intègre les avancées créatrices des temps effacés par la bêtise humaine.

Emmanuelle, aux convictions franches, n'y va pas par le dos de la cuillère pour discourir en compositions-registres de l'art sumérien (Tablettes de Hammourabi), codex mayas, parchemins en rouleaux des pharaons... au terme d'un patrimoine.

Ecritures non décodées, sur les stucs, stèles, céramiques, tissus, coffres berbères...et tant de supports abandonnés.

Doublée d'une culture celtique et gréco-latine, elle se greffe les arts populaires méditerranéens aux accents orientaux.

Son œuvre conçue sur des supports de grands formats est emplie de motifs cosmiques et rituels. Dans un mouvement renaissant, des spirales helléniques, des losanges donnent des accolades aux étoiles fixées dans un ciel de pou cercles en formes de bulles d'air, des poissons s'absorbent sur des surfaces à l'emprunt d'un reptile fossilisé ( géologiques. Pour demeurer dans une vision historiquement nostalgique, les tons sont aux ocres, ivoires coquilles d'oeuf, safrans, nacres, cobalts, émeraudes, terres...

 

Sejnane, Ghadames, Hoggar, Altamira, Crète sont égrenés en un conte merveilleux.

Emmanuelle sans tâtonnement va à la rencontre de l'autre pour puiser, à même la margelle, la gelée

royale de l'art primordial et primitif, afin de l'insérer dans l'époque du langage numérique. Pour ce faire, elle s'applique avec laissant transparaître devant ses yeux avides de nouvelles formes dessinées et gravées dans un support de prédilection. Vie légendaire, mystérieuse, réécrite pour que la mémoire

s'immortalise et se hisse dans une forme artistique tous azimuts.

 

Nacer BOUDJOU

In catalogue d'exposition,  Tunis 2001

Publié dans Arts

Commenter cet article