La terre qui nous nourrit

Publié le

4082295791_d04472bfcb.jpg

Aussi loin, très loin, même loin, à l’ombre des cactus, risquant les épines de ces fruits, quand le soleil était au zénith, quand tout le monde harassé par la canicule des mois d’été faisait sa sieste, moi, je campais ma silhouette, assis sur une pierre fraîche à l’instant, à égrener les moments cléments et apathiques de la semaine.

Je délectais les bons momnets, également, j’entrevoyais toutes les péripéties afin de tenir bon dans ce monde en ébullition.

Chacun va de sa petite forme, pour subsister en ce temps, en ce lieu, petite parcelle géographique d’une vie monotone. La pension, la retraite, la gériatrie… on ne connait que dalle ! Avoir une pension venant de France est un mythe pour ceux qui cultivent la terre.

Les louanges et les plaintes c’est cette terre qui les endosse. On redoute la mauvaise récolte du blé. On a peur de la sécheresse, des criquets, des oiseaux, des averses et évidemment de la guerre. Déesse de la moisson, déesse de la pluie… on a tout déifié pour que la terre nous protège.

Aujourd’hui les compteurs sont réglés au rythme de la bourse et des fluctuations monétaires. Le capital tient la dragée haute en dépit des luttes citoyennes courageuses et prometteuses.
par Nacer Boudjou, lundi 15 mars 2010

Publié dans NATURE

Commenter cet article