Takrouna avec Aida Bellagaha Gmach «Le Rocher bleu est un défi. Mon combat est de préserver notre patrimoine»

Publié le

Takrouna, petit village berbère du centre de la Tunisie, est juché tout en haut d'un promontoire.
Entreprendre pour cette femme solide comme un roc est un devoir de mémoire. Elle veille depuis plus de 8 ans sur le village de ses ancêtres. Aida parcourt tous les jours presque 200 kilomètres pour accueillir ses hôtes.
Entretien avec une femme qui s'identifie à son projet, mais pas seulement !


Webmanagercenter: Comment est né ce projet?

Aida Bellagha Gmach: Ce projet est né d'un coup de cœur. Takrouna est le village de mes ancêtres. Dès que j'y ai mis les pieds, j'ai su que j'y finirais ma vie avec ou sans projet. L'idée s'est imposée à moi naturellement. J'ai de suite, avec le concours de mon mari, restauré la maison principale et sauté dans un avion pour participer à la foire du tourisme de Top Résa en France.

J'ai compris qu'il fallait que je prenne contact avec les opérateurs touristiques tunisiens pour mettre mon projet sur les rails. J'ai signé mes contrats avec des agences de voyages et le village de Takrouna a aussitôt été introduit dans les excursions des touristes en vacances dans notre pays.


Parier sur le tourisme culturel dans un pays qui souffre d'un déficit d'image en tourisme culturel n'est-ce pas un peu téméraire?

J'ai voulu faire de Takrouna un pôle culturel et touristique. Il était important pour moi de continuer à être dans mon élément. La culture est mon univers. Pendant 30 ans, j'ai géré la galerie et travaillé avec un grand artiste, feu Ali Bellagha. C'est lui qui m'a initiée à la peinture, à la sculpture, à la céramique… Il m'a appris à regarder les choses avec un œil différent et curieux.


Quelle est votre ambition pour le Rocher Bleu ?

Je me bats pour préserver la richesse de notre patrimoine, qui malheureusement est en grande souffrances. Il a tendance à disparaître devant un pseudo-modernisme compris au premier degré.

Aux visiteurs qui visitent mon espace, je transmets le savoir-faire de nos artisans. J’explique nos coutumes et traditions et mets en valeur notre art de vivre.

Sur les blogs et sites internet de voyages, dans les guides comme le Petit futé ou le Routard, il est mentionné "la propriétaire des lieux parle avec amour de l'histoire et de la richesse culturelle de son pays". Je me considère un peu comme l'ambassadrice de mon pays dans mon village.


Pourquoi ce besoin de retour dans le village de vos ancêtres ?

Takrouna est époustouflante de beauté. J’en ai eu envie et besoin. Peut-être un peu par prestige et beaucoup pour rendre hommage aux hommes de ma vie : mon grand-père, mon père et Ali Bellagha. Le nom donné à cet espace, le «Rocher Bleu», est aussi un hommage au grand écrivain Tahar Guiga, originaire du village.

L'écomusée porte le nom de "Dar Gmach". Je tenais à concilier mon nom de jeune fille et celui de mon mari. C’est au quatrième palier, au sommet du piton, qu’habitait la famille Gmach (Gomez ). Ils sont originaires d’Andalousie, de la Sierra de Ronda de la région Benaladid «Ta kurunna» et qui, pendant l’immigration mauresque d’Andalousie en 1609, quitte l’Espagne pour s’installer en Tunisie.


Vous avez le sentiment de ressembler à votre rocher ou bien c’est lui qui vous ressemble ?

Mon projet me ressemble. Il reflète ma personnalité, et résume mon parcours. La décoration et l'accueil que je réserve aux visiteurs sont ma touche personnelle. J’aime les gens, j’aime les rencontres et adore dialoguer.


Investir dans un musée n’est pas un peu philanthropique ?

Ce projet m’a coûté beaucoup d’argent. Dans le musée, rien n'est mis dans des vitrines. Je considère que les objets anciens et précieux qui y sont exposés ont une âme. Je les laisse libre. Ils sont à la portée des visiteurs, ils continuent leurs vies d’une certaine manière. En 8 ans, rien n’a jamais été volé du musée. Je continue de compléter, au fur et à mesure, les quelques pièces qui manquent. Récemment des muséographes du Musée Naturel d'Aix en Provence m’ont félicitée pour la simplicité et l’homogénéité du musée. Cela est réconfortant !

Pour créer le «Rocher Bleu», il a fallu acheminer les matériaux de restauration à dos d'âne jusqu’en haut du village. Installer l'eau potable et construire des fosses sceptiques avec des tuyaux qui descendent à 200 m a coûté le prix d'une petite villa à Tunis. Obtenir les autorisations de l'Institut National du Patrimoine (INP) a été titanesque. Il a fallu aussi que je me fasse accepter par les villageois. Bien que je sois originaire de Takrouna, je suis une intruse, étrangère à leur système.


Que représente pour vous le Rocher Bleu ?

Le Rocher Bleu est un défi. J’ai réussi à faire de ce village fantôme, qui n’était plus que l’ombre de lui-même à un moment, un point de rencontres. C’est un havre de paix qui inspire sérénité, noblesse et force à l’image du piton rocheux de l'époque Miocène (22 millions d'années) sur lequel il est édifié. Il me plait de penser que Guy de Maupassant serait heureux de retrouver le village comme il l'a décrit en 188O.


Avez-vous un regret ?

Takrouna est un précieux village berbère du nord de la Tunisie. Il lui manque un peu de considération et davantage d'entretien dans le respect de son cachet architectural. Il pourrait devenir un pôle culturel international de haute facture. Il s’adapte parfaitement pour l’évènementiel.

Entretien réalisé par Amel Djait, 13 03 2009
webmanagercenter.com -
http://takrouna.blogs-de-voyage.fr/

Contact

Le Rocher Bleu espace d'animation Culturel et Touristique du village berbère de Takrouna

Horaire d'ouverture :l'hiver de : 8h à 17 h . l'été de : 7h30 mn à 20 h ,ouvert 7/ 7
le droit de visite à l'écomusée de Dar Gmach centre d'art et tradition populaire est payant (possibilité d'un tarif de groupe pour les agences )

Email :aidabellagha@yahoo.fr

Tel:(216) 73 381 780 .

GSM (216) 98 355 529
Adresse :
" Le Rocher Bleu" Takrouna 4030
Enfida- Gouvernorat de Sousse. Tunisie

Publié dans Patrimoine

Commenter cet article