A Da Slimane a y’amjah ! nous te rendons gloire

Publié le

 

« Parc des Récollets le 20 septembre 2008 »

 

Baptiser un lieu qui portera à jamais ton nom « Da Slimane AZEM », est une manière légitime de donner vie à une vie enfouie dans cette terre du pays de  ton adoption (il y a de cela ¼ de siècle, car tu es décédé en 1983 à Moissac en France), à défaut de celle de ta naissance ( il y a 90 ans, jour pour jour, puisque tu es né le 19 septembre 1918 à Agouni Gueghran en Kabylie, Algérie), qui t’est interdite à jamais, par une oligarchie aux commandes de l’état.

 


Aujourd’hui,  nous tes disciples, tes admirateurs, nourris par le lait de ta sagesse que recèle tes chansons d’amour, et de nostalgie, nous réjouissons. C’est le jour qui nous est ouvert pour aligner des strophes aux métaphores de l’espoir, dans celles que tu avais déjà chantées.


Une heureuse journée que celle-ci ! Savourer ces instants qui te sont dédiés, par la Diaspora Amazigh, Africaine, en cette contrée longovicienne, constituée de ces travailleurs, de ces exilés, venus construire la France, au lendemain d’une guerre sanglante. Pour mémoire, n’oublions pas, que toi, le forgeron de la parole, « Ahadadh w awal » en l’occurrence, tu n’as pas été épargné. Tu as été déporté dans ces camps nazis.  Tu en es sorti meurtri à vie, autant que tu as été banni par le régime du pays de tes racines, t’interdisant ton retour, la diffusion de tes disques sur les ondes algériennes (entre 1967 et 1988), ainsi que ta biographie, gommée des annales de l’histoire culturelle et nationale.

 

Aujourd’hui, la justice est au rendez-vous, ton nom fleurira sur le fronton de l’Allée des platanes du « Parc des Récollets à Longwy », un jardin public créé dans les années 1910 à l’initiative de la société de Saintignon, réaménagé en 1927, à proximité de la rotonde construite sur le forage où jaillissait une source thermale. Il est le lieu par excellence d’expression multiple des artistes, aux divers festivals.

 

Inscrire ton nom dans la mémoire de la vallée de la Chiers, qui a vu tes frères et sœurs trimer, est une des actions redevables, ô combien tu le mérites ! Ne sont-elles pas des lettres de noblesses signées par les élus municipaux, pour ton talent de poète et de prosateur que tu es ?

 

Frappé d’interdit sous les cieux  d’un régime totalitaire, tu renais, des décennies plus tard, en grande liberté.

Interdit de cité, tu en meurs de la bêtise humaine, de ne pas pouvoir fouler de tes pieds la terre ancestrale.

 

Aujourd’hui, par cette manifestation qui t’est consacrée, tu revis dans nos cœurs et sur les lieux où tu as exprimé ta tendresse et tes colères.

 

Merci aux instigateurs de cette journée mémoriale.

 

Slimane Azem, né le 19 septembre 1918 à Agouni Gueghran en Kabylie (Algérie) et décédé en 1983 à Moissac (France), est un poète et chanteur algérien de musique kabyle.

 

Nacer BOUDJOU

Longwy, septembre 2008

Publié dans Chanson

Commenter cet article