Crise dite ‘’Berbériste’’ de 1949

Publié le

‘’La thèse de l’Algérie algérienne face l’Arabo-islamisme’’

 

Je vous présente une modeste contribution à l’écriture de l’histoire du mouvement nationaliste algérien, portant impérativement su la crise dite ‘’ Berbériste’’, de 1949. Mon propos repose essentiellement sur la lecture enrichissante de l’ouvrage intitulé «La "crise berbériste" de 1949, un conflit à plusieurs faces», écrit par Amar Ouerdane, politologue canadien d’origine algérienne. Ainsi que trois témoignages de Sadek Hadjrès, médecin praticien, chercheur en géopolitique, militant du PPA et premier Secrétaire du PAGS  de Ali Yahia Abdenour, avocat, président de la LADDH, et de Hocine Benhamza, docteur en sciences économiques de l’université de Paris et militant au sein du PPA


Mon étude servira peut être à fournir des réponses aux raisons qui ont provoqué et alimenté les événements d'avril 2001 en Kabylie, région berbérophone d'Algérie. Et pourquoi le régime algérien répond-il si violemment en assassinant les manifestants et blessés des milliers parmi eux ? Il s’agit aussi de décrypter les assises idéologiques sur lesquels s'appuient les régimes successifs algériens, pour nier la réalité berbère de l'Algérie.


Au-delà, nous précisons que la revendication berbère n'est nullement de nature nationale ou séparatiste, mais plutôt d'essence démocratique.  À titre d'exemple, la révolte d'avril 1980 en Kabylie, connue sous le vocable ‘’Printemps berbère’’ ou ‘’Tafsut Imazighen’’ constitue une réponse à la tromperie par le gouvernement des contestations culturelles en Algérie. Elle a contredit de nombreux stratèges politiques et analystes universitaires à la solde d’un pouvoir négateur, qui avaient voulu démontrer l'existence d'une seule et unique contradiction : la culture arabo-islamique et la culture française. Le soulèvement des citoyens de 1980, impose la reconnaissance d'une autre contradiction fondamentale, laquelle se dresse entre la population berbérophone et la bourgeoisie dominante, en terme plus clair les bénéficiaires d’une révolution populaire détournée. 


Nature du conflit
 

Il s’agit plus précisément de deux thèses sur la fondation de la nation algérienne : Arabo Islamisme d’une part et des tenants de la thèse de  l’Algérie algérienne d’autre part, avec sa dimension berbère et moderniste, s’entredéchirant au sein du mouvement nationaliste dirigé par Messali Hadj.

L’Arabo Islamisme

 

Messali Hadj, patron du PPA au caractère centralisateur, portait en lui l’organisation nationaliste en luttant pour l’indépendance. Mais il tend à gommer tous les particularismes, en puisant ses thèses et ses idées d’un mouvement baathiste (de Baath : Renaissance en arabe), parti politique au pouvoir en Irak et Syrie depuis les années 1960. Il fut créé à Damas dans les années 40 par le chrétien Michel Aflak et le musulman sunnite Salah Al Din Bitar. Le Baath devient l'une des principales expressions du nationalisme arabe révolutionnaire. L'unité arabe avant tout, dans sa doctrine. Que les peuples arabes forment une seule nation aspirant à constituer un Etat et à jouer un rôle spécial dans le monde. De sensibilité laïque, le Baath admet cependant le rôle que l'Islam a joué dans l'arabisme et encourage le socialisme. Il est aussi en faveur d'une démocratie pluraliste et d'élections libres. Toutefois, le père du mouvement nationaliste algérien, n’a retenu ni les principes de laïcité, ni les sensibilités populaires, telle la berbérité, la démocratie pluraliste et moins encore les élections libres.

 

Messali était aussi sous la houlette de Chekib Arslane, un émir oriental qui s’imposera comme son tuteur et l’entraînera vers l’identitarisme religieux. En considérant l’arabisme et l’islamisme de l’époque comme des ferments nationalistes. Ce mouvement nationaliste est responsable de la réorientation du nationalisme radical de l’ENA, vers un nationalisme moins marqué par les philosophies des Lumières, et par les esprits libéraux, qui fondèrent les déclarations des droits de la citoyenneté depuis le XVIIIe siècle. 

L’Algérie Algérienne


Ceci étant, la négation de la dimension berbère : identité, culture, langue… se fait au profit d'une définition arabo-islamique de la nation algérienne, socle d'une idéologie à caractère national, populiste, dont les fondements se situent dans le panarabisme. La régression s'accélère et s'approfondie avec la montée de cette idéologie, synonyme d'apartheid, fascisme et racisme. Aujourd’hui, on peut l’affermir et sans crainte de se tromper que l'arabo-islamisme fait le lit du terrorisme. La prédominance exclusive de la vulgate arabo-islamiste exclue l’entité Amazighe sur le terrain politique et social.


On reproche à la thèse Algérie algérienne qui remet en cause le concept de l’Arabo islamisme par le fait qu’elle a éclaté en France, chez les cadres de l’immigration, et qui n’a pas touché les militants d’Algérie, pas même en Kabylie, région pourtant particulièrement concernée. Car en France, il y a l’hypothèse des effets d’influence de la société française (laïcité, position des jeunes intellectuels berbères en France, en rupture avec les coutumes religieuses et les traditions familiales, volonté de sortir d’un nationalisme jugé trop étroit pour l’intégration plus grande aux luttes sociales en France).


Peu importe, après la défaite politique des auteurs de la thèse Algérie algérienne devant la direction du PPA, qui n’est pas d’ailleurs la conséquence de la faiblesse de leur proposition, mais celle de la fragilité d’une Algérie colonisée, désorganisée, aliénée, pauvre culturellement, incapable de vivre pour elle-même et de se doter d’une identité structurante propre. En tout état de cause, l’Algérie algérienne était et demeure une élaboration généreuse, authentique, incarnant totalement la dimension qu’elle veut porter. Un demi-siècle après l’indépendance du pays, les tentatives d’un combat inéluctable, pour mener le projet à bon port continue toujours avec de nouvelles forces.

 

Emergence du concept Algérie algérienne

Débuts de la crise


En 1926 :
Fondation, à Paris, de l’Etoile nord-africaine, dirigée par Messali Hadj. Son objectif : l’indépendance de l’Algérie. Accusée de propagande subversive, elle est interdite en 1929. A cette époque, deux figures importantes, émergent du premier mouvement nationaliste : Amar Imache et Radjeff Belkacem, nés en Kabylie. Reconstituée en 1933, l’Etoile nord-africaine est à nouveau dissoute. Messali Hadj fonde, à Alger, le Parti du peuple algérien.

 

Après diverses péripéties, en 1945 : Mohand Idir Ait Amrane, étudiant au lycée de Ben-Aknoun, compose le premier chant patriotique en berbère moderne, intitulé "Ekker a mmis umazigh" (debout fils d'Amazigh). Il y évoque les illustres fondateurs de la nation algérienne : Massinissa, Jugurtha, Kahina... Ouali Bennai, membre de la Direction de la Grande Kabylie du PPA, est désigné agent de liaison du Parti avec les étudiants du lycée de Ben-Aknoun, à majorité berbérophone, originaires de Grande Kabylie.

 

En 1946 : Amar Kilellil, effectue une tournée en Grande Kabylie, les militants dont Amar Ould-Hamouda, Mohand Amokrane Khelifati, Ali Laimèche et Hocine Aït Ahmed, exposent le problème identitaire berbère. Ils demandent qu'un débat soit entamé sur la question. Ils chargent Khellil de transmettre à la Direction leur demande d’avoir des " voix aux délibérations et aux décisions du Parti".

 

Promotion des militants Kabyles (Berbéristes) au PPA

 

En 1947 : A l'issue du premier congrès du PPA/MTLD, quatre cadres de la Kabylie, animateurs du mouvement dit berbériste, font leur entrée au Comité central du Parti : Omar Oussedik devient adjoint de Ahmed Bouda, Amar Ould-Hamouda devient haut cadre de l’O.S., Hocine Aït-Ahmed devient chef national de l'O.S., et Ouali Bennai responsable du parti en Kabylie.

 

"Le message de Yougourtha", ouvrage de Mohand-Chérif Sahli est diffusé par l'Union Démocratique du Manifeste algérien (UDMA) de Ferhat Abbas. Il est en même temps saboté par le MTLD.

 

Réunion des Berbéristes initiée par Ouali Bennai


En 1948 : Ouali Bennai

invite, en secret de la direction du PPA/MTLD une quin­zaine de militants berbéristes et militants du PPA/MTLD à un séminaire bloqué. Sont présents: Ouali Bennai, Amar Ould-Hamouda, Mohand Idir Ait Amrane, Said Ali Yahia, Said Oubouzar, Mohand Cid Ali Yahia dit Rachid, Sadek Hadjeres... Deux points essentiels sont à l'ordre du jour : 1- Condamner la politique réformiste du MTLD 2- Introduire la dimension berbère dans l'organisation de la future Algérie indépendante. Un rapport est écrit et remis à Ouali Bennai pour l'exposer devant le Comité central du Parti. Mohand Idir Ait-Amrane est chargé par ses camarades, à la fin de la réunion, de rencontrer Mouloud Mammeri pour un éventuel travail sur la langue berbère.

 


En 1948 :

Le MTLD diffuse une brochure de 50 pages intitulée : "Mémorandum à l'O.N.U.", qui s'ouvre par : " La nation algérienne, arabe et musulmane, existe depuis le VIIeme siècle". Il occulte, de ce fait, la composante berbère de l'Algérie. Ce document a soulevé, à l'époque, une indignation et un climat de mécontentement, de méfiance et de rejet chez les militants berbéristes.


La Crise Berbériste éclate


En 1949 : Ali Yahia Cid dit Rachid

, étudiant en droit à Paris et membre du Comité directeur de la Fédération de France du PPA/MTLD, réussit à faire voter une motion dénonçant le mythe d'une Algérie arabo-islamique et défend la thèse de l'Algérie algérienne. Elle est acceptée à une majorité écrasante : 28 voix sur 32.


Embarek Fillali, le rouleau compresseur


Juste après ce vote, la Direction du PPA/MTLD, sentant une prise en main de la Fédération de France par les militants de l'Algérie algérienne, donne l'instruction à Embarek Fillali, représentant à Paris, d'organiser un commando pour reprendre de force les locaux de la Fédération. Au même moment, Radjeff Belkacem, membre du conseil de la Fédération de France, originaire de Kabylie, réunit le Comité fédéral constitué de 25 membres et fait voter une motion : " Condamnation de la déviation politique du Comité Fédéral". Elle recueille 12 voix pour et 13 voix contre. Suite à ce résultat, Radjeff se réunit avec quelques militants dont le Dr Chawki Mostefai et Sadok Saidi, originaires de Kabylie eux aussi, dépêchés par la Direction d'Alger pour régler le problème et "récupérer" la Fédération des mains des "scissionnistes". Ils décident ensemble d'organiser des groupes d'autodéfense contre les berbéristes.

 


Arrestation des militants de l’Algérie algérienne


De Paris, Ali Yahia Rachid, sentant le danger, suite à l'intervention de la Direction d'Alger, lance un appel à Ouali Bennai pour l'aider. Ce dernier, en voulant se rendre à Marseille, est arrêté par la police. Ensuite suivie par l’arrestation de plusieurs cadres de la Kabylie Omar Boudaoud, un des responsables de l'O.S en Kabylie, Said Oubouzar, responsable politique de la région de Tizi-Ouzou, Amar Ould­ Hamouda, un des responsables de l'O.S, Oussedik, adjoint d'Ahmed Bouda. Ces hauts responsables du Parti sont accusés de berbérisme, de régionalisme et d'anti-nationalisme par la Direction du PPA/MTLD.


Riposte des Berbéristes par la voix pacifique


En 1949 :
Vingt-deux (22) responsables de la Kabylie se réunissent dans la région d'Azazga. Toute la Kabylie y est représentée, pour débattre du problème du berbérisme et essayer de débloquer la situation. Un rapport rédigé par Saïd Ali Yahia (étudiant) devait être remis à Messali Hadj par une délégation composée de trois membres Abdelkader Ait Sidi Aissa, Cheikh Mohand Ouameur et Messaoud Oulamara.

Sous le pseudonyme d'Idir El-Watani, trois étudiants : Sadek Hadjeres, étudiant en médecine, Mabrok Belhocine et Yahia Henine, étudiants en droit et membres de la commission de rédaction du journal El Maghreb El-Arabi, diffusent une brochure intitulée "L'Algérie Libre vivra" au sein du PPA/MTLD. Ce, pour "faire connaître les conceptions du courant de rénovation et démontrer la fausseté de l'accusation de berbérisme". Ils y développent notamment le concept de "nation". Pour les auteurs de la brochure, "la nation ne suppose obligatoirement ni communauté de race, ni de religion, ni de langue". Elle est basée sur quatre éléments indispensables : "le territoire, l'économie, le caractère national qui se traduit dans le mode de vie, la mentalité et la culture, le culte d'un même passé et le souci d'un même avenir". En réponse aux tenants de l'arabisme, ils expliquent que "l'existence en Algérie de deux langues parlées (référence aux langues arabes et berbère) n'empêche pas du tout la compréhension mutuelle des éléments qui les parlent". Au contraire "la diversité, loin de nuire, est (...) complémentaire et une source de richesses". Ils montrent l'existence d'une Algérie antérieure à l'Islam et plusieurs fois millénaire et complètent l'hypothèse de Messali qui limite l'histoire de l'Algérie au VIIeme siècle.


Violence et mise au point à la presse sur le P.P.K


En 1949 : Ferhat Ali
, militant du PPA/MTLD à Tizi-Rached est atteint d'une balle de pistolet, tirée par Krim Belkacem accompagné de Hanafi Fernane et de Akli Djeffel, restés solidaires de la direction du Parti, après la crise de la Fédération de France. Ferhat Ali «refuse de se soumettre au diktat des chefs écartant l'ancienne équipe dirigeante en Kabylie".


Le lendemain, l"'Echo d'Alger", quotidien colonialiste, profitant de l'incident, publie un article sous le titre "Des membres dissidents du PPA veulent créer le P.P.Kabyle...", déclaration présumée de Ferhat Ali.

Après la lecture de l'article de presse, le groupe des étudiants berbéro nationalistes décide de dépêcher Ali Yahia Saïd et un autre militant auprès de Ferhat Ali pour lui faire signer une mise au point infirmant la déclaration de "l'Echo d'Alger'’. Cette mise au point est publiée par "Alger Républicain" après le refus de "l'Echo d'Alger" de la publier. Il y est déclaré qu' « il n'a jamais existé et il n'existera jamais de "P. P. Kabyle", pour la bonne raison qu'il n'y a qu'un peuple algérien dont les éléments, quoique d'origine ou de langues différentes, vivent fraternellement unis dans une même volonté de libération nationale".


L’épuration systématique et M.R.B


Après la récupération des locaux du Parti à Paris par Chawki Mostefai, Belkacem Radjeff, Sadok Saidi et Embarek Fillali, " une explication générale eut lieu à Alger à la Medersa "Er-Rached" en présence de tous les responsables du Parti. Les principaux dirigeants du Mouvement berbère, à l'exception d'Ait Ahmed, parce qu'il était recherché par la police, furent exclus du PPA".


En 1949 :
De prison, Ouali Bennai, voulant connaître la façon dont se déroulaient les événements politiques, envoie une lettre à Said Ali Yahia, que Maître Abderrahmane Kiouane, avocat du parti, devait lui remettre. Il lui demande : "que devient le M.R.B ?". Cette lettre, lue et photographiée par la direction du Parti, est distribuée à toutes les cellules du PPA/MTLD. Elle est, pour la direction, une preuve incontestable de la présence d'une organisation secrète, dite "Mouvement révolutionnaire berbère’’ mise sur pied par Bennai. Elle déclenche en fait une campagne anti-berbère. Elle sert à condamner le berbérisme avec une ardeur et un acharnement jamais connus.


Des délégués itinérants sont envoyés par la Direction du (PPA/MTLD) à toutes les cellules d'Algérie. Leur mission est de faire condamner le "berbérisme". Leur preuve, la lettre envoyée de prison par Bennai. Pour l'envoyé à Tiaret, les "berbéristes" "étaient des alliés objectifs du colonialisme".

Ces incidents n'ont pas touché seulement les berbéro­ nationalistes mais aussi les militants arabophones qui soutenaient le concept de l'Algérie algérienne et qui sont en majorité originaires de l'Oranie. Belaid Ait Medri, agent de liaison de Kabylie est remplacé par Fernane Hanafi.

En 1949 :
Le Comité Central du MTLD convoque Messaoud Oulamara à Alger pour discuter du problème "berbériste". Il est accompagné de Laifa Ait Waban et Salem Ait Mohand. Ils sont reçus par Mustapha Ferroukhi, Rabah Bitat, Ahmed Bouda et Hocine Lahouel (secrétaire général du MTLD). Ce dernier accuse "à tort et à travers les ennemis du pays, sans les nommer, les agitateurs et les malhonnêtes". Messaoud Oulamara répond que Messali s'avère "le principal responsable de la pagaille" que vit le Parti.


Liquidation physique et censure et dissolution


1952 :
Liquidation physique de Ali Rabia alias Azzoug, chef de zone du MTLD à Makouda en Kabylie, pour "berbérisme" sur ordre de Belkacem Krim. Le spectre des liquidations des berbéristes est ainsi inauguré. Plusieurs militants de la cause nationale seront assassinés par les leurs.

En 1953 : Le PPA/MTLD, par le biais de son organe de presse "L'Algérie libre", dénonce la pièce de théâtre de Abdellah Nakil intitulée "El-Kahina". La pièce mise en scène le 27 novembre 1953 par Mustapha Kateb, retrace l'histoire de l’invasion arabe et la résistance des Berbères sous la conduite de Kahina, reine des Aurès.


Mars 1954 :
Une association culturelle dénommée '’Tiwizi I Tmazight" (entraide pour tamazight) est fondée à Paris par un groupe de militants berbéro nationalistes dont Ali Boudaoud, Hocine Heroui, Mohand Amokrane Haddag, Mohand Amokrane Khelifati... Son objectif est le développement de la langue berbère. Une revue qui porte le même nom est éditée par l'association. Cette association se dissout sans raison, après le déclenchement du 1er Novembre 1954 et ses membres rejoindront en bloc le Front de Libération Nationale.

Témoignages :

Sadek Hadjerès au Kabyle.Com

Médecin praticien et chercheur en géopolitique dans les années 90, militant du PPA, président de l’AEMAN en 1950, membre du Bureau politique du PCA pendant a guerre et premier Secrétaire du PAGS de 1966 à 1990.

« Des responsables politiques ou des commentateurs défenseurs ardents de la place de la berbérité dans la nation, se sont interrogés (d’autres ont avancé des certitudes tranchantes) quant au bien-fondé de la décision des démocrates contestataires au début des années 50, de mettre en veilleuse l’aspect politique de la revendication culturelle berbère.

Au total le groupe qui a tenté un effort d’édification démocratique du PPA avait pris date en 49 sur le problème de la conception de la nation et de la politique culturelle. Quant au domaine proprement politique, puisque le débat n’a pu avoir lieu, il n’était pas parvenu à faire prévaloir les conceptions démocratiques telles qu’il les avait exposées dans la brochure éditée, avec les mérites et les limites qui étaient celles de l’époque et celles aussi d’un groupe numériquement et sociologiquement restreint.

Je pense que ce fut un manque à gagner regrettable pour l’ensemble du mouvement national. Du moins la quasi-totalité de ses membres, dans leur diversité idéologique, sont restés irréprochables et fidèles à leur engagement national. Ils ont poursuivi leur combat unitaire au sein des diverses formations combattantes et politiques du mouvement de libération, continuant à entretenir et mettre en oeuvre l’esprit démocratique et de progrès social qui les animait au cours de cette crise. »

Ali Yahia Abdenour à la Nouvelle République, 4 novembre 2004


Avocat, Président de la LADDH, militant du PPA.

« Prenons l’exemple de Krim Belkacem qui était un petit responsable de la Kabylie. Quand il y a eu la crise de 1949, il était venu à Tizi Ouzou et plus précisément à Tizi Rached où il a tiré lui-même sur un militant. Ce dernier était venu avec mon frère le pharmacien dans la région pour tenir une réunion et dire que nous voulons une Algérie algérienne. Moi-même j’ai rencontré Krim au marché hebdomadaire au lendemain de cet acte, et il m’a dit que s’il avait trouvé mon frère, il l’aurait tué. Il y a eu aussi l’arrestation des membres du comité central Ouali Benaï et Ould Hamouda, ce qui a causé la rupture totale.

Quand je suis allé à Tunis, j’ai rencontré Benkhedda à qui j’ai demandé pourquoi avoir condamné et exécuté Benaï Ouali, il m’a dit vous voulez encore revenir à cette histoire de 49 au berbérisme. Il y a donc eu des séquelles très graves qui sont restées même après l’indépendance jusqu’au printemps 1980.

En 1961, à ma sortie du camp zéro, j’ai été invité par Krim à me rendre à Tunis. Ce dernier m’a dit : «C’est maintenant que j’ai compris qu’un Kabyle ne serait jamais président du GPRA.» A l’époque, on lui a préféré Ferhat Abbas, alors que Krim était plus qualifié sur le plan militaire. Même Abane Ramdane était contre le berbérisme. Il me reprochait toujours d’être berbériste et pourtant c’est lui qu’on a décrit comme berbériste après et exécuté. Il y avait donc une situation très difficile avant et après 1954. »

Interview de Hocine Benhamza, le 28 janvier 2004, sur radio Campus Lille par Anzar.

Hocine Benhamza est docteur en sciences économiques de l’université de Paris, militant au sein du PPA, ancien détenu politique pendant la guerre d’Algérie. Il a côtoyé les chefs historiques, mais aussi la première académie berbère. Aujourd’hui retraité, il est écrivain, fondateur de l’association africaine de libre pensée et militant au sein de l’union des forces de contestation algérienne.

 « A la fédération de France du MTLD, il y avait 32 membres dont 28 à l’initiative de Rachid Ali Yahya, étudiant, et sous l’impulsion de militants kabyles notamment Benaï Ouali, Ferah Ali, Oubouzar et d’autres, disaient «  nous nous battons pour la démocratie, la laïcité, l’indépendance et pour une Algérie algérienne ». Messali et ses partisans, y compris ceux du comité central, disaient « l’Algérie est un pays arabe. Elle doit se tourner vers les pays du proche orient, devenir une composante de la nation arabe. L’Algérie est un pays musulman, il faut promouvoir la religion musulmane ». Et les responsables kabyles même ceux faisant partie de l’O.S, disaient « oui, aux revendications berbères mais pas de façon prématuré, il faut d’abord obtenir l’indépendance avant de poser le problème berbère ». Suite à toutes ces divergences, le mouvement berbère de base n’a pas été suivi et, c’est un point à vérifier.»

Qu’est-ce qu’il en est aujourd’hui ?

L’Algérie Algérienne

A défaut d’imprimer l’identité berbère aux textes fondamentaux du mouvement nationaliste, indépendantiste…PPA, MTLD, UDMA, puis FLN, les militants de la thèse Algérie algérienne ont tenté à différentes périodes de l’histoire de contribuer aux documents fondamentaux édifiant la nation algérienne : La Plateforme de la Soummam 1956, La Charte de Tripoli 19962, la Charte d’Alger 1964, la Charte Nationale, les différentes Constitutions…intégrant la dimension berbère. Hélas, ces auteurs visionnaires, militants, s’ils ne sont pas tués, ils sont emprisonnés ou poussés à l’exil.

Ce n’est qu’en 1980, la revendication berbère avec l’adhésion de toutes les couches sociales a investi la rue, après le refus par les autorités de la tenue d’une conférence de Mouloud Mammeri, écrivain, chercheur, linguiste… sur la poésie ancienne kabyle.

Le MCB, le mouvement associatif, les ligues des Droits de l’Homme, l’Amnesty Internationale font la revendication berbère leur cheval de bataille. Sans parler de l’Académie Berbère, des sites Web, des radios associatives, de la BRTV et divers relais de la diaspora berbère.

Les partis démocratiques à l’ouverture du processus démocratiques en 1989, juste après la révolte populaire du 5 octobre 1988 (plus de 500 jeunes ont trouvé la mort) ont intégré la revendication dans leur projet de société, à l’instar du FFS, RCD principalement. A des degrés moindres le PT, le PST, le PC… Puis le mouvement des comités de village après la révolte de 2001, rédigeant la plateforme d’Elkseur. Ainsi que le MAK, et des petits partis naissant.

L’Arabo Islamisme

Quant à l’Arabo Islamisme, il a évolué et pénétré les Oulémas, le parti FLN. Il est devenu l’idéologie des militaires qui ont pris le pouvoir, en renversant le GPRA, le coup d’état de 1965. Ben Bella n’a-t-il pas dit « Nous sommes des arabes, trois fois ! » pour faire de beaux yeux à l’Egypte officielle. Laquelle a envoyé des frères musulmans, adeptes de Ahmed El Bana, chef du parti des Frères Musulmans, grand-père de Tarek Ramadan, dans le cadre de la coopération panarabe pour arabiser et islamiser l’école algérienne. Maintenant on connaît le résultat. Une jeunesse triplement analphabète, sans repères, sans idéal… Une jeunesse qui a gonflé les groupes de terroristes, en se donnant comme kamikazes. A l’ouverture du processus démocratique, l’idéologie arabo islamiste a nourri et investi les partis islamistes modérés ou radicaux : FIS, HAMAS, NAHDHA et les groupes  terroristes : GIA, MIA, Hidjra, GSPC…

Aujourd’hui, le président A. Bouteflika impose un Référendum pour l’officialisation de la langue berbère. La thèse arabo islamiste est encore de vigueur. 

Nacer Boudjou

Conférence, Longwy, 3 avril 2005

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Histoire

Commenter cet article