Ibn Battuta « le héros solaire »

Publié le

Pour présenter Ibn Battuta, le chroniqueur de Radio Méditerranée Internationale, Malek Chebel, l’a scellé au destin même de Tanger : « Mais Tanger l’occidentale, Tanger la multiconfessionnelle, la rude travailleuse, quelque séduisants que puissent être ses multiples contrastes, n’est sans doute rien si, dans le passé lointain il n’y eût un homme, l’un de ses fils, le plus fou, le plus authentique, le plus curieux aussi : Ibn Battuta (1304-1369). Il passe pour être l’inventeur de la Rihla, ce style particulier de narration ».

 

bn battuta surnommé « le héros solaire » est né le 25 février 1304 à Tanger, mort en 1369 ou 1377 à Marrakech. Il est le « Marco Polo » du monde arabo-musulman, parcourant 120 000 km en 28 ans de voyages qui l’amènent de Tombouctou au sud à Bulghar (en actuelle Russie, sur la Volga) au nord ; de Tanger à l’ouest à Quanzhou en Extrême-Orient. Ses récits, compilés par Ibn Juzayy en un livre appelé Rihla (voyage) sont plus précis que ceux de Marco Polo, mais contiennent plusieurs passages qui relèvent clairement de la pure imagination, notamment ceux décrivant des êtres surnaturels. Au terme de ses nombreux et longs voyages qui firent de lui un globe-trotter de la première heure et l’un des maîtres du journal de route, il effectua trois circuits qui l’emmenèrent dans diverses régions du monde :

        -Départ de Tanger le 13 juin 1325 vers l’Afrique du Nord, l'Egypte et la Syrie.

        -Départ de Damas (Syrie) en 1326 vers la Mecque (Arabie Saoudite)

        -Départ de la Mecque (Arabie Saoudite) le 17 novembre 1326 vers l’Irak, le Khuzistan, Fars et Djebal,Tabriz, Baghdad, Samara, Moussoul et Bagdad.

 

Les voyages

À l'origine simple pèlerin berbère[], musulman coutumier, Ibn Battûta profite de la propagation de l'Islam et de la langue arabe qui facilitèrent grandement ses déplacements. Il profite également du développement du commerce puisqu'il se joint souvent à des caravanes, ou embarque sur des vaisseaux marchands. Il rencontre de nombreuses personnalités et devient souvent leur conseiller lors de ses périples à rallonge.

Les chroniques de ses circuits de voyages furent agencées et rédigées par Ibn Djuzay qui en avait reçu l’ordre du souverain Mérinide d’alors Abu Inan. La Rihla d’Ibn Battuta semble être une des œuvres les plus représentatives de la littérature d’observation. Elle a été traduite en plusieurs langues : turc, persan, allemand, anglais, italien, français,… Ibn Battuta repose dans un mausolée à Tanger.

 

Hommages

La ville de Dubaï lui a consacré un centre commercial thématique, l'Ibn Battuta Mall, un des plus grands du Moyen-Orient, évoquant d'une part ses voyages, et d'autre part plus généralement les grandes figures de l'Islam médiéval dans le domaine culturel, scientifique, philosophique et artistique, leur influence sur le monde et plus particulièrement sur l'Europe et la future Renaissance. Un cratère lui est dédié sur la Lune dans la mer de la fécondité.

Nacer Boudjou

Article d’archive

 

 

 

 

                                                                          

 

 

 

 

Publié dans Histoire

Commenter cet article