«LA PAROLE RETROUVEE »

Publié le par BOUDJOU

«  Awal i d-ittufan »
 

    

   

Immigration des Berbères dans le Bassin de Longwy

 

(Documentaire Vidéo)

 

Nacer BOUDJOU, Conception-Réalisation

 

Dinar SADOUN, Interviewes-Dialogues

Julien KLEIN, Montage-Concept artistique

Magali CARRIERE, Narration

Jin-Hee KIM, Documentation, Archives

 

 

Production

 Coordination des Franco Berbères du Bassin de Longwy

Rachid MOUKAH, Président

  

 « La Parole retrouvée », sujet du documentaire vidéo


Le documentaire « La Paroles retrouvée» porte sur la mémoire de l’Immigration des Berbères dans le bassin de Longwy. Le fil conducteur est Mme Dinar Sadoun, berbère de Kabylie, établie dans la région du Pays Haut, autrefois industrielle. Elle est assistante maternelle et en plus, anime une émission « Izuran » sur l’identité et la culture berbère, à la Radio Aria (Longwy).


En outre, depuis longtemps, elle milite dans le mouvement associatif : Femmes Solidaires, CFBBL (Coordination des Franco Berbères du Bassin de Longwy)… Elle est de tous les combats pour la préservation et la réhabilitation de la langue et de l’identité berbère, tout en vivant harmonieusement sa citoyenneté française. L’éducation de ses enfants est couronnée de succès, au regard de leur responsabilité professionnelle et associative. Naturellement en femme de terrain et du milieu sociologique, tout est indiqué favorablement, pour mener l’enquête auprès des familles immigrées berbères.


Pour étayer les propos de l’investigation auprès de ses familles nord africaines tenues en stand-by par la mémoire de la Cité, elle raconte sa vie de l’autre rive de la Méditerranée et celle d’ici : les circonstances de son arrivée au bassin de Longwy, sa vie familiale, son voisinage, son travail, ses loisirs, ses voyages, le rapport avec les autres familles immigrées, espérances…

 

Pour ajouter saveur et aromes à son témoignage, en maintenant la dynamique de sa narration, elle présentera des familles, des personnes d’origine berbère, représentatives, susceptibles de témoigner de leur situation dans la région lorraine. Elle les rencontre chez eux, avec leurs souvenirs. Elle interroge également des responsables politiques, syndicaux, associatifs, des élus locaux, des maires, des directeurs de Batigère, des entreprises…

 

Les séquences de la narration sont agrémentées de documents visuels : clips, images, photos, objets… Des chansons de l’époque : Slimane Azzem, Zerrouki Alaoua, Chikh El Hasnaoui ou contemporaines telles celles de Idir, Kader Belazouz… Le groupe de danseuses kabyles de Haucourt St Charles, dirigée par Taos Nasnas, intervient comme intermèdes exécutant de belles chorégraphies.


Nacer BOUDJOU 

Publié dans Cinéma

Commenter cet article